INSULTES RACISTES, COUP DE CUTTER à LA GORGE : CE QUE L’ON SAIT DE L’AGRESSION D’UN JARDINIER DANS LE VAL-DE-MARNE

L’affaire suscite une vive émotion. Un homme de 76 ans a été interpellé après avoir proféré des injures racistes et islamophobes puis porté un coup de cutter à la gorge de Mourad, jardinier de 29 ans, alors qu’il travaillait vendredi 17 novembre à Villecresnes (Val-de-Marne). Si le suspect a été rapidement interpellé, il n’a pas été jugé en comparution immédiate et son procès a été renvoyé à l’année prochaine. Les réactions se multiplient, au gouvernement comme chez les élus de gauche.

Les faits

Vendredi vers 13 h 50, alors qu’ils ramassent les branches d’un arbre qu’ils viennent de couper dans le jardin d’un pavillon de Villecresnes, Mourad et ses deux collègues d’une entreprise de jardinage sont surpris par des coups de klaxon en provenance de l’impasse devant laquelle ils travaillent. La camionnette de l’entrepreneur de 29 ans, à la tête d’une société d’entretien d’espaces verts, bloque la Citroën C4 du suspect qui ne peut sortir du domicile de sa fille.

Enervé, ce dernier martèle son klaxon avant de sortir de son véhicule. «Oh je suis chez moi les bourricots !» lance le septuagénaire à l’encontre des travailleurs. «Les bougnoules ! Je suis chez moi, alors tu dégages !» vocifère-t-il ensuite à l’encontre de Mourad, selon la bande de vidéosurveillance que Mediapart a publiée.

Le jeune père de famille explique à Mediapart : «J’ai vu que c’était une personne âgée, un ancien, alors je suis resté calme et je l’ai laissé parler, poursuit la victime. J’ai simplement pris mon téléphone pour le filmer au cas où je porterais plainte pour ses insultes racistes, et pour l’assurance, s’il dégradait ma camionnette professionnelle.»

Le suspect retourne alors vers sa voiture pour y chercher un cutter. Il sort la lame et hurle : «Je suis chez moi ici !»

Après une première tentative de porter un coup, qui finit sur la portière de la camionnette, le septuagénaire entaille la gorge du jardinier sur une dizaine de centimètres de longueur, détaille une source policière. Des informations corroborées par les images de deux caméras de vidéosurveillance et la vidéo prise par Mourad.

«A quelques centimètres près, il aurait pu toucher la jugulaire ou la carotide, s’insurge son avocat. Mon client a cru mourir.» Mourad se réfugie alors au domicile de la cliente chez qui il était allé élaguer un arbre, et cette dernière appelle immédiatement les secours.

L’interpellation

Après le coup de cutter, «l’agresseur, qui est le père de ma voisine, est retourné très tranquillement vers sa voiture et est reparti pour prendre la fuite», souligne, auprès de Mediapart, Rajaa, la propriétaire du pavillon où Mourad travaillait. L’agresseur, habitant de Saint-Maur-des-Fossés, à une dizaine de kilomètres de Villecresnes, était venu rendre visite à sa fille, rapporte le Parisien.

Grâce aux vidéos prises par Mourad et par la caméra de vidéosurveillance, l’auteur du coup de cutter est rapidement identifié. Il est interpellé un peu plus tard à son domicile, «par les policiers de la BAC» précise Gérald Darmanin et placé en garde à vue au commissariat de Boissy-Saint-Léger, en charge de l’affaire.

«L’auteur [des faits] est un français de 76 ans, multirécidiviste,» a précisé le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin ce mardi, lors des questions au gouvernement à l’Assemblée nationale. L’individu avait déjà été condamné pour «dégradations, refus d’obtempérer, outrages à un policier, injures publiques en raison de la race et de la religion».

A la suite de sa blessure à la gorge, la victime est, elle, immédiatement transportée vers l’hôpital de Créteil. Elle s’est vue prescrire quinze jours d’incapacité totale de travail.

La procédure judiciaire

Lors des premières auditions, le septuagénaire a déclaré avoir fait la guerre d’Algérie en tant qu’électricien et prétend avoir été agressé en premier par les jardiniers, affirme Mediapart.

Sans toutefois retenir la tentative d’homicide, le parquet de Créteil a fait passer le suspect en comparution immédiate lundi, pour «violences volontaires avec armes» et «injures à caractère racial», avec des réquisitions de placement en détention provisoire, d’après Mediapart.

Mais le juge des libertés et de la détention n’a pas suivi les réquisitions du parquet, et a décidé de convoquer le suspect pour un procès le 16 mai. En attendant, il est placé sous contrôle judiciaire et devra donc se présenter au commissariat deux fois par mois. Néanmoins, il n’a pas l’interdiction de revenir sur les lieux de l’agression, selon le Parisien et Streetpress.

Insuffisant pour Mourad et son avocat Hosni Maati, qui s’attendaient à voir le suspect être jugé en comparution immédiate : «Pour mon client, il s’agit bien d’une tentative d’homicide.»

Les réactions

«Dans la mesure où la victime a une plaie de plus de 10 cm de long, j’appelle cela une tentative d’homicide», a estimé Patrick Farcy, le maire (UDI) de Villecresnes, qui ne connaissait pas l’auteur ou sa famille.

Jean-Luc Mélenchon, chef de file de La France insoumise, a lui condamné une «ignoble tentative d’égorgement arabophobe», tandis que le patron du PS, Olivier Faure, a évoqué un «racisme en roue libre» en partageant l’enquête de Streetpress dans un post sur X (ex-Twitter).

Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, avait réagi ce mardi matin sur X en apportant «tout [son] soutien au jardinier sauvagement agressé dans le Val-de-Marne. Le racisme et la violence n’ont pas leur place dans notre société».

Mise à jour : à 17 h 09, avec l’ajout de la déclaration de Gérald Darmanin sur les précédentes condamnations du suspect.

2023-11-21T12:01:21Z dg43tfdfdgfd