DE NOUVELLES VOITURES-RADARS DéBARQUENT, UN DOCUMENT EXPLOSIF A FUITé

La traque des moindres excès de vitesse, même ceux sans dangers ou sans conséquences, n'est visiblement pas terminée en France. En témoigne une commande lancée par l"Etat, pour accueillir de très nombreuses voitures radars dans de nouvelles régions.

Cela n'est pas encore une annonce officielle mais concerne une indiscrétion, repérée par Actu.fr. Pas moins de 126 voitures-radars vont être déployées dans de nouvelles zones de France. Cela concernera l'Auvergne-Rhône-Alpes, la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur et l'Occitanie.

Un appel d'offres a été lancé en cette fin de mois de juin 2024. Ceci afin de mettre en concurrence les sociétés intéressées par le déploiement de ces voitures-radars. Et cela va arriver très vite. Ces dernières doivent être déployées dès 2025.

Le dispositif pourrait aussi être étendu à une autre région sous peu, selon l'appel d'offres. Effectivement, la Corse pourrait être concernée par cela. Reste à voir si cela sera bien le cas. Le document ne précise pas les conditions et l'échéance d'arrivée de ces voitures.

Des véhicules très chers

L'appel d'offres de l'Etat donne toutefois des informations très intéressantes sur l'arrivée de ces voitures radars. Le coût annuel par véhicule sera compris entre 75 000 et 120 000 €. De quoi donner un budget de neuf millions d'euros par an, selon les estimations les plus basses.

Les candidats ont jusqu'au 29 juillet, afin de déposer leur dossier, soit une proposition chiffrée, à la Direction à la sécurité routière. Cette dernière devra faire son chois par la suite, avant l'arrivée de ces véhicules sur de nouvelles routes de France. De quoi s'ajouter aux 381 véhicules de ce type circulant sur les routes hexagonales, en 2023.

Les voitures radars, machines à cash

Et ces dernières devraient flasher en série. Rappelons que, selon la Ligue de défense des conducteurs (LDC), "chaque voiture-radar privatisée extorque 307.000 € par an aux conducteurs qui ont le malheur de circuler en même temps qu'elle".

Cela s'explique par le fait que ces voitures circulent "six heures par jour, 7 jours sur 7, jour et nuit", poursuit l'association. Et "elles vous flashent quand vous les doublez ou quand vous les croisez !"

Or, leur échapper sera bientôt inévitable. "Leur nombre va augmenter de 50 % dans les mois qui viennent", assure ainsi l'entité. De quoi multiplier les flashs, pour des excès "aussi inévitables qu'anodins".

Face à cela, la LDC propose de riposter via une action qu'elle organise. Ceci via des vignettes "Non, je ne suis pas une voiture-radar", afin de se signaler, face aux voitures-radars privatisées. Un moyen "de créer un gigantesque mouvement d'entraide des conducteurs pour protester et, tous ensemble, neutraliser ces voitures-radars", lit-on encore dans un e-mail d'information.

  • Rejoignez Auto-Moto sur WhatsApp pour ne rien manquer de l'actualité auto et 2-roues !

2024-07-10T10:00:32Z dg43tfdfdgfd